Il est toujours indispensable de commencer tout traitement de l'arthrose par un traitement médical quelle que soit la gravité ou le stade évolutif.

A - LE TRAITEMENT MEDICAL ( non chirurgical ) comporte :

 

  
  Il comporte une association de médicaments :

- les antalgiques simples
- Les anti-arthrosiques
- les anti-inflammatoires
- les injections d’Acide Hyaluronique dans l’articulation
- Les infiltrations de cortisone
 

 

 

1° - les antalgiques simples ;

Les antalgiques simples de la famille PARACETAMOL doivent toujours être utilisé lorsque la douleur est importante. Il ne faut pas passer aux antidouleur majeurs car il y aurait un danger d’accoutumance ou d’échappement au traitement 

 

 

2° - Les anti-arthrosiques

Ils ont un effet variable d’une personne à l’autre; ils sont utilisés en traitement de fond. Ce sont surtout la Chondroitine sulfate et les extraits d’avocat et de soja ; d’autres médicaments de ce type sont en cours d’étude.


3° - les anti-inflammatoires ;

 

Les antalgiques peuvent  être associés aux ATIINFLAMMATOIRES non stéroïdiens (AINS) ; il est recommandé de ne prendre ces derniers que par cures courtes en recherchant la dose minimum efficace.En effet ils comportent un risqué de complications notamment intestinales (ulcère); Enfin les AINS ne sont efficaces que contre la composante inflammatoire de l’arthrose, mais pas directement sur le mécanisme du vieillissement cartilagineux.

Les médicaments dits inhibiteurs de la cox2 sont attendus, car on espère qu’ils auront moins d’effets secondaires gastriques 

 

 

- les injections d’Acide Hyaluronique dans l’articulation ;

Ce sont des produits qui nourrissent le cartilage articulaire. Le traitement comporte de 2 à 5 injections. Ces injections ne sont pas ou très peu douloureuses. Le résultat de ce traitement est variable d’une personne à l’autre, mais il mérite toujours d’être essayé au début de la maladie arthr.

La plupart des essais cliniques conduits avec l'Acide Hyaluronique ont montré une supériorité sur le placebo dans la gonarthrose, quel que soit le produit utilisé. L'action est symptomatique, se marquant par une diminution de la douleur (jugée sur une échelle visuelle analogique) et de la gêne. La consommation d'antalgiques ou d'AINS, quand elle a été évaluée, a été diminuée chez les patients traits.

 

 

- Les infiltrations de cortisone ;

On les propose en général dans les périodes très aigues et douloureuses de la maladie.Elles ont un effet sur la composante inflammatoire, sur l’épanchement articulaire et sur la douleur.  

LORSQUE LE TRAITEMENT MEDICAL EST EFFICACE, CELUI-CI PEUT ÊTRE POURSUIVI AUSSI LONGTEMPS QUE SON EFFICACITÉ SE MANIFESTE. IL EST CEPENDANT CONSEILLE DE FAIRE UNE SURVEILLANCE RADIOLOGIQUE DE L’ARTICULATION, AFIN DE NE PAS LAISSER EVOLUER L’ARTHROSE EN MASQUANT LES DOULEURS. ON RISQUERAIT ALORS DE DÉPASSER UN STADE OU LA TRAITEMENT CHIRURGICAL EST FACILE.

B - LE TRAITEMENT ARTHROSCOPIQUE

 

1. L'arthroscopie lavage

Lorsque le genou présente des poussées inflammatoires avec des épanchements de liquide synovial abondant, l'arthroscopie peut avoir sa place.
Le liquide synovial contient des débris cartilagineux, méniscaux, osseux et des substances génératrices d'inflammation responsables de douleurs ; par ailleurs, la présence d'une grande quantité de liquide synovial est source d'un inconfort important ; l'arthroscopie lavage consiste à inspecter l'articulation et à en faire un nettoyage en lavant l'articulation par une quantité importante de 5 à 6 litres d'eau.
Cette intervention est bénigne ; elle peut se dérouler sous anesthésie locale en ambulatoire et permet de remarcher immédiatement.
Cependant elle n'est efficace que sur l'épanchement articulaire qui risque de se renouveler dans les mois qui suivent.
Elle apporte donc un confort efficace mais passager.

 

 

2. L'émondage arthroscopique de l'arthrose

 

 

C'est une intervention arthroscopique qui peut se faire sous anesthésie loco-régionale et en ambulatoire.
Dans ce cas, outre le lavage, le chirurgien nettoie les zones arthrosiques des débris méniscaux, de cartilage, de synoviale. Cette intervention n'a qu'une efficacité transitoire de quelques mois à un ou deux ans.
AUCUN DE CES TRAITEMENTS N'INTERVIENT SUR LA REPARATION DE L'USURE DU CARTILAGE ARTICULAIRE.

Il n'y a actuellement aucun traitement médical, arthroscopique ou chirurgical permettant de reconstituer le cartilage articulaire détruit par l'arthrose.

 

3. Les greffes de cartilage articulaire

 

Des greffes autologue (du patient à lui-même) de cartilage ont été proposées:

Une petite quantité de cartilage articulaire est prélevée par arthroscopie (#300mg). Ce cartilage est mis en culture pendant plusieurs semaines, ce qui permet d'obtenir une quantité importante de cellules cartilagineuses dont tout le matériau biologique est originaire du patient lui-même. Ces cellules sont greffées secondairement au cours d'une intervention chirurgicale dans la zone de cartilage absent ;
Les résultats de cette technique sont actuellement en cours d'évaluation. Elle semble donner des résultats satisfaisants lorsqu'il existe une perte de substance cartilagineuse sur l'une des 2 surfaces de l'articulation, liée à un traumatisme ou à plusieurs traumatismes répétés.
Ceci ne correspond pas à la définition de la maladie arthrosique et les promoteurs de ces techniques n'incluent pas l'arthrose dans ses indications.
Cependant des expérimentations sont en cours et méritent d'être tentées en plein accord avec les patients et après une analyse approfondie des cas particuliers.